Un divorce à l’amiable aux moindres coûts

divorce à l'amiable

Les frais d’un divorce à l’amiable sont moins élevés. La procédure de celui-ci reste courte. En effet, ce divorce ne nécessite pas l’avis d’un juge. Il minimise la perte de temps et d’argent. En revanche, il nécessite la présence de deux avocats. Le cout d’un divorce reste variable.

Connaître les différents types de divorce !

Deux types de divorce existent : le divorce conflictuel et le divorce à l’amiable.

La présence d’une cause génère un divorce conflictuel. Les articles 242 confirment les motifs de divorce pour cause. Il faut donc consulter le Code civil français. Les coûts de ce divorce sont plus élevés. La procédure reste très longue. Pour cela, votre conjoint doit commettre une faute. Ensuite, vous apporterez la preuve au juge. Une faute grave doit être constituée. Par exemple, l’adultère commis par l’un des conjoints dégrade le respect de la vie commune. Le refus des devoirs conjugaux entraîne une faute grave. Chaque partie doit faire appel à un avocat.

Dans le cadre d’un divorce conflictuel, les motifs de divorce entraînent de multiples amendes pour la victime. Restez vigilant sur ce point. Un avocat peut trouver d’autres causes pour lutter contre l’autre partie. Ainsi, tous les conjoints deviendront des victimes. Les divorces à l’amiable ne nécessitent pas la présence d’un juge. Seul le commun accord des compagnons compte. Cependant, chaque partie devra engager un avocat. Cependant, en engager un permet de réduire les dépenses. En effet, l’avocat se substituera au travail du juge. L’avocat rédigera une convention de divorce. Ce type de divorce minimise la perte de temps. De plus, il coûte moins cher. Cliquez ici pour obtenir un divorce à l’amiable à moindre coût.

Les étapes du divorce à l’amiable !

Pour plus de sécurité, chaque époux aura besoin d’un avocat. Les deux avocats représenteront les époux. Le choix de l’avocat dépendra de vous. Celui-ci vous donnera toutes les informations sur le divorce lors du premier rendez-vous. Il vous expliquera les étapes de la procédure. Vous préparerez vos dossiers à rassembler. Il analysera votre situation. Il confirmera la viabilité du travail.

Par la suite, vous devrez faire appel à un notaire pour procéder au partage des biens. Il existe deux types de biens : les biens communs entre époux et les biens personnels. Les biens personnels semblent faciles à diviser. Seul le notaire peut constater l’équité du partage des biens communs. Le recours à celui-ci entraîne des frais supplémentaires.

Ensuite, les époux et leurs avocats respectifs vont se rencontrer. Cette rencontre est basée sur la négociation. Vous parlerez de la garde des enfants, de l’attribution de leur nom… Cette discussion facilite la création de la convention de divorce. Chaque partie en recevra une. Vous la signerez. Vous avez deux semaines pour en contester les clauses. Passé ce délai, la convention sera définitive.

Enfin, les avocats enverront la convention au notaire. Le notaire l’enregistrera auprès du juge. Le divorce devient alors solennel.

Les 5 principales causes de divorce validées par la loi !

Les causes de divorce varient d’un pays à l’autre. Seul l’avis d’un expert est recommandé.

Il est interdit de vivre séparément. Le couple marié doit vivre ensemble. En pratique, une séparation sans raison (travail, obligation…) de plus d’un an peut être un motif de divorce.

L’adultère consiste à avoir des relations sexuelles avec une autre personne. La victime devra apporter des preuves réelles. Seul le couple marié peut contester cette situation.

Le couple marié doit s’entraider. L’assistance peut être : une aide financière, le respect des responsabilités… L’absence d’assistance constitue un motif de divorce.

La violence physique et psychologique est un motif de divorce. Chaque personne a des droits et mérite d’être protégée.

Le refus des devoirs conjugaux tels que les rapports sexuels est un motif de divorce. Le juge accepte le refus s’il y a une raison sérieuse. Par exemple, si la femme a contracté une maladie, elle peut refuser ses devoirs.

Que comprend le coût d’une procédure de divorce ?
Divorcer « en ligne » coûte-t-il moins cher ?